Le SCAF - Défendons nos brevets et notre savoir-faire industriel


18 Mar
18Mar

     Le projet du SCAF SYSTÈME DE COMBAT AÉRIEN DU FUTUR est une parfaite illustration du déclin de la France au niveau de la Défense. En effet, à dater de la fin du premier quinquennat de François Mitterrand, il a été décidé de privilégier l’économie au détriment de la Défense et de la souveraineté nationale.

     Ce processus engagé par François Mitterrand a été accentué ensuite par tous les Présidents qui lui ont succédé. La France avait une particularité en 1990 ; elle faisait partie des rares États à produire l’ensemble du matériel militaire. L’affaiblissement militaire français a commencé… 

     En 2017, les premières réflexions sur la recherche d’un nouvel avion de combat ont commencé. L’objectif final étant de remplacer le RAFALE vers 2040. Cette sixième génération d’avion de combat nécessite un investissement de l’ordre de 100 milliards d’Euros.

     Actuellement, une partie de poker menteur a lieu au niveau de l’échiquier mondial des grandes puissances au niveau de cette sixième génération.

     Une révolution est en route au niveau de l’aéronautique, et tout particulièrement au niveau des avions de combat. L’intelligence artificielle va être désormais embarquée sur les futurs avions et les drones seront désormais utilisés en appui et commandés par les pilotes. N’ayant plus les moyens financiers d’entreprendre seul ce magnifique challenge technologique ; la France s’est tournée vers l’Allemagne pour proposer une coopération militaire. Celle-ci dans un premier temps a été acceptée permettant de remplacer à terme les Rafales et les Eurofighters.

     Plus tardivement, l’Espagne a souhaité se joindre à ce projet qui était au départ prévu sous une forme 50-50 avec l’Allemagne. Avec l’arrivée de l’Espagne les cartes sont redistribuées DASSAULT pour la France et AIRBUS DÉFENSE AND SPACE pour les deux autres pays. Il avait été prévu aussi en 2017 que la France et l’Allemagne se dotent de nouveaux chars de combat communs. L’Allemagne étant maître d’œuvre. 

La situation actuellement est très tendue pour trois raisons : 

1° Les Français et les Allemands ne sont pas d’accord sur le type de chars souhaitables. 

2° Les Allemands souhaitent avoir beaucoup d’informations techniques sur le SCAF malgré les brevets qui proviennent du Rafale et de certaines propriétés industrielles de Dassault. N’oublions pas que le Rafale est un avion de combat qui est polyvalent qui peut remplir tous les types de missions. Il est aussi furtif. Son cockpit est exceptionnel. Dassault a déjà fait de nombreuses concessions à l’Allemagne ; il est regrettable que les autorités françaises ne prennent pas plus fermement en compte la propriété intellectuelle dont doit bénéficier Dassault . 

3° Le Bundestag actuellement fait du chantage il lie le sort du SCAF avec celui des chars.  Il est aussi consternant de voir que les Allemands continuent d’acheter des avions américains.

Affaire à suivre...

MJ