Les traités Start et Sort de réduction des armes stratégiques


01 Feb
01Feb

Un peu d’histoire 

Start est le nom d'usage de traités de réduction des armes stratégiques négociés entre les États-Unis et l'Union soviétique puis la Russie dans les années 1990. Trois traités successifs sont négociés : Start I, II et III[1].   

Start I : Traité de contrôle et de limitation des armements (traité bilatéral) Signature : le 31 juillet 1991 à Moscou par George H. W. Bush et Mikhaïl Gorbatchev Entrée en vigueur : 5 décembre 1994 … jusqu’au 5 décembre 2009 

Start II : Signature : le 3janvier1993 par les présidents George H. W. Bush et Boris Ieltsine Même objet et même parties (États-Unis et Russie) que Start I. Sa ratification est retardée jusqu'au 14avril2000 en raison de désaccords ; les parties s'accordent alors sur le traité Sort.

Start III : Négocié sur la base de l’accord intervenu à Helsinki les 21 et 22mars1997 entre les présidents Bill Clinton et Boris Ieltsine pour réduire les plafonds autorisés par Start II.

Cet accord ne débouchera pas sur un traité. Sort : Traité de de désarmement stratégique (traité bilatéral)[2] Signature : le 24 mai 2002 à Moscou entre George W. Bush et Vladimir Poutine Entrée en vigueur : 1er juin 2003 … jusqu’au 4 février 2011 NewStart : Traité de contrôle et de limitation des armements (traité bilatéral)[3] Signature : le 8 avril 2010 à Prague entre Barack Obama et Dmitri Medvedev Entrée en vigueur : 5 février 2011 … jusqu’au 5 février 2021

L’actualité 

Comme prévu dans le traité New Start, le nouveau président des États-Unis, Joe Biden, et son homologue russe Vladimir Poutine ont reconduit le traité qui arrivait à échéance pour cinq ans, jusqu’au 5 février 2026. Il limite les arsenaux, lanceurs et bombardiers des deux puissances qui détiennent encore près de 90% de l’arsenal nucléaire mondial[4]. Le traité implique également une série d'inspections mutuelles de sites militaires. 

Perspectives

Plusieurs acteurs détiennent l’arme nucléaire et montent en puissance dans leur arsenal et avec leurs lanceurs et bombardiers. Si un accord a été signé avec l’Iran le 14 juillet 2015 à Vienne, remis en question par l’administration Trump, la Chine en particulier devrait être invitée dans les discussions sur ces sujets.

Références

[1] Le nom en anglais : ‘Treaty Between the United States of America and the Union of Soviet Socialist Republics on the Reduction and Limitation of Strategic Offensive Arms’, abrégé en ‘Strategic arms reduction treaty’, ou Start.   [2] Par le traité SORT (Strategic offensive reduction treaty, Sort) les deux États s'engagent à réduire le nombre de têtes nucléaires déployées sur des lanceurs stratégiques dans une fourchette comprise entre 1 700 et 2 200 têtes avant le 31 décembre 2012. SORT ne remplace pas le traité Start I. [3] Lors de la négociation les États-Unis avaient renoncé à un projet de bouclier antimissile que l'administration Bush comptait installer en Pologne et en République tchèque.  [4] Selon un rapport de l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (Sipri).

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.